Sélectionner une page

(Retrouvez mes 2 billets sur la colchicine en podcast en cliquant ici)

Bon, point Colchicine. Vous avez sans doute vu tout ce fatras autour de la colchicine, avec plein de communication en fanfare de l’Institution Montréalaise qui en fait la promotion et qui a annoncé en fanfare ce weekend que ça y est, on était sauvé, et que la colchicine permettait de réduire grandement les hospitalisations.

L’étude, en preprint, est sortie cette semaine ici https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.01.26.21250494v1.full.pdf+html . Et y avait vraiment pas de quoi se réjouir.

Alors déjà, la Colchicine, qu’est-ce que c’est ? C’est une molécule extraite de la colchique, une fleur assez commune. Un produit 100% naturel donc. Sauf que c’est HYPER toxique. Tellement toxique donc, que si vous vous intoxiquez avec ça, il n’y a AUCUN moyen de vous sauver. Un médecin réanimateur disait sur twitter : « les intoxications à la colchicine c’est simple à gérer : on met la personne dans le coma et on remplit le certificat de décès en avance en laissant juste la place pour la date ».

La colchicine est toxique à des concentrations assez faibles, ce qui veut dire que la différence entre une dose qui vous soigne et une dose qui vous tue est très faible. On dit que la marge thérapeutique est étroite. Parce que oui la colchicine ça soigne des trucs. C’est utilisé pour la goutte par exemple. Mais bon. que dit l’étude déposée en preprint au sujet de son efficacité sur le covid ?

Réponse

  1. La méthode

✅ L’étude est une étude randomisée, en double aveugle, contre placebo, donc un RCT. Donc les résultats sont assez fiables

✅ Les groupes sont bien équilibrés (à part légèrement sur le ratio homme/femme)

⚠️ Le critère de jugement (outcome) principal de l’étude est un critère composite : mort ou hospitalisation. En gros on regarde les gens dans les deux groupes, et à chaque fois qu’une personne meurt, on fait un petit bâton dans le carnet pour dire que quelque chose est arrivé. En soi ce n’est pas grave d’avoir un outcome composite, mais dans le Covid on aimerait bien savoir si un médicament réduit 1) les hospitalisations, 2) les décès ou 3), les 2. Sur un outcome composite c’est pas facile.

✅  les critères de jugement secondaires sont pertinents : mort, ventilation mécanique, hospitalisation, dans les 30 jours après randomisations

✅ les effets secondaires monitorés sont pertinents également, quoi qu’un peu vagues : pneumonie, etc.

⚠️ L’étude ne concerne que des patients de plus de 40 ans. Compréhensible toutefois vu que l’âge est le principal facteur aggravant de la maladie.

⚠️ C’est une étude en Intention de traiter (ITT). ça veut dire qu’on prescrit les médicaments aux patients, qui sont chez eux, mais on ne vérifie pas que les gens prennent bien les médicaments. 

  1. les stats

❌ L’étude arrête le recrutement des patients avant la fin pour…. des raisons logistiques ! On peut arrêter le recrutement des patients avant la fin de l’étude quand suffisamment d’événements du critère de jugement principal ont été observés. ça c’est normal. Là en revanche, ils l’ont fait pour des raisons logistiques.

❌ Il n’y a pas d’ajustement pour les comparaisons multiples, ce qui est incompréhensible. 

❌ Il n’y a pas d’ajustement par covariables, ce qui est compréhensible dans le cas d’un RCT, mais quand même, là ça commence à faire beaucoup.

  1.  les résultats

❌ Critère de jugement principal : odds ratio, 0.79; 95.1% confidence interval [CI], 0.61 to 1.03; P=0.08. ça veut dire que la colchicine est associée à une réduction du risque relatif de 21 % d’atteindre le critère de jugement principal (hospitalisation ou décès). C’est RELATIF. ça veut dire que si vous avez 10% de chance de mourir ou d’aller à l’hosto, avec la colchicine vous aurez 7,9% de chance que ça arrive. pas si mal vous me direz. MAIS la p-value > 0.05 (P=0.08) veut dire qu’on ne sait pas si cette différence est due au hasard ou à la colchicine. et donc à ce stade on ne sait pas si la colchicine est efficace. ça se voit aussi sur les bornes de l’intervalle de confiance (0.61 à 1.03). Si la valeur 1 se trouve dans l’intervalle de confiance, cela veut dire qu’on ne pet pas un non-effet de la colchicine (en gros). Si vous êtes un peu perdu vous pouvez regarder cette vidéo qui explique bien toutes ces histoires. Bonus, si on regarde seulement ce résultat chez les gens qui ont eu un diagnostic par PCR, on trouve odds ratio, 0.75; 95% CI, 0.57 to 0.99; P=0.04. Donc bon, on est à la limite de la significativité.

❌ critère secondaire : décès. odds ratio, 0.56; 95% CI, 0.19 to 1.67. Si la valeur 1 est comprise dans l’intervalle de confiance (ici entre 0.19 et 1,67), on ne sait pas si le médicament a un effet. Donc ici : pas d’effet concluant sur la mortalité. Pareil si on regarde que les gens ayant eu des PCR positives : 0.56 (95% CI, 0.19 to 1.66)

❌ critère secondaire hospitalisation odds ratio, 0.79; 95% CI, 0.60 to 1.03. Même sanction. Chez les patients diagnostiqués par PCR : 0.75 (95% CI, 0.57 to 0.99) 

❌ critère secondaire ventilation mécanique : odds ratio, 0.53; 95% CI, 0.25 to 1.09 chez tout le monde, odds ratio, 0.50; 95% CI, 0.23 to 1.07 chez les PCR + . Donc en gros pas d’effet sur ce critère.

❌ Effet secondaire : 5 fois plus de chance de faire une embolie pulmonaire avec la colchicine. 2 fois plus de chance d’avoir la diarrhée aussi.

Conclusion :

On est sur un médicament à marge thérapeutique FAIBLE, toxique. Les résultats de l’étude ne permettent pas de montrer de manière claire que la colchicine est efficace pour prévenir les hospitalisations ou le décès, ou le besoin de ventilation mécanique. La significativité est vraiment marginale, et les résultats ne seraient pas significatifs si on faisait l’ajustement pour des comparaisons multiples. Pour un point sur les comparaisons multiples, voyez le thread de Clara Locher https://threadreaderapp.com/thread/1353754342738833408.html

Pin It on Pinterest

Share This